Maïs

Maïs

Comment arroser le maïs

L'irrigation est un moment fondamental de la culture du maïs, dont dépend le succès ou l'échec de la récolte en termes de qualité et de quantité. Le maïs a besoin d'un climat doux et suffisamment chaud, car des températures trop basses peuvent compromettre la germination; pour cette raison, les périodes de l'année au cours desquelles il est cultivé peuvent ne pas fournir des précipitations suffisantes pour sa croissance. Il doit donc être arrosé abondamment et au moins une fois par semaine en période de sécheresse; de plus il est conseillé, avant le semis, de préparer le champ à l'avance pendant les périodes d'été et d'automne avec un labour profond qui favorise le stockage de l'eau dans le sol en évitant sa dispersion. De plus, il est conseillé, après chaque pluie, de pratiquer un bon désherbage, c'est-à-dire un travail superficiel du sol qui interrompt la capillarité, réduisant considérablement l'évaporation de l'eau.


Comment cultiver et entretenir le maïs

Au printemps, lorsque les températures sont atténuées et ne descendent pas en dessous de 15 degrés, il est possible de planter les graines, de préférence sur des rangées espacées de 40 cm, dans des trous de 2-3 cm de profondeur et en prenant soin d'en insérer 2-3 par puits. Lorsqu'au moins trois à quatre feuilles apparaissent, il est possible d'éclaircir, c'est-à-dire d'éradiquer les plantes les plus faibles afin de garantir des nutriments et suffisamment d'eau pour les plus vigoureuses. Jusqu'à atteindre 50 cm de hauteur, un désherbage périodique doit être pratiqué pour interrompre la capillarité du sol et assurer la bonne humidité du sol. Après le dernier désherbage, au contraire, le sol est tassé, ce qui favorise l'émission de racines adventives avec l'inconvénient, cependant, d'augmenter la surface d'évaporation du sol. Cette pratique doit donc être répétée un maximum de deux fois et évitée dans les territoires arides ou en période de sécheresse. En été, avant que la végétation au-dessus des épis ne prenne une couleur trop foncée, le produit est récolté, puis séché puis décortiqué.


Comment et quand fertiliser le maïs

Pour assurer une bonne croissance du maïs et une production d'épis satisfaisante, il est important de bien fertiliser le sol. En effet, même avant le semis, lors de la préparation préventive du champ, il est recommandé d'utiliser des engrais à caractère organique, comme du fumier ou du compost, à épandre sur le sol avant le labour. Le fumier est l'engrais fondamental du maïs et doit être utilisé en grandes quantités, environ 400 à 600 quintaux par hectare. Cette fertilisation précoce doit être complétée pendant la période de production par un engrais minéral riche en phosphore et potassium. Pour les sols naturellement peu fertiles ou en raison d'une faible disponibilité de fumier, les nitrates doivent également être administrés sur la couverture, immédiatement avant le bourrage. Evidemment, le choix du dosage d'engrais doit varier en fonction des caractéristiques du sol.


Maïs: Maladies du maïs et remèdes possibles

Le maïs est heureusement une plante très résistante; cependant, il peut être attaqué par des insectes tels que les pucerons, le grillotalpa et le foreur qui nichent dans les feuilles et parmi les grains de l'épi. Le plus effrayant est certainement le Pyrausta nubilalis, un papillon de nuit qui pond ses œufs sur les feuilles, d'où naissent des larves qui s'infiltrent dans les tiges affaiblissant la plante provoquant sa rupture. Dans ce cas, il est nécessaire de détruire les tiges et de brûler tous les résidus végétaux de la culture. Pour lutter contre ces insectes, en général, des insecticides sont utilisés. Les maladies de la plante sont plutôt causées par des champignons qui peuvent induire la pourriture de la tige, ce qui détermine la chute des épis, ou par le charbon (Ustilago maydis), qui provoque des tumeurs de la plante. Ces maladies sont évitées en évitant de semer trop profondément et de trop arroser le sol.


Vidéo: GALETTE DE MAÏS OU HARCHA AU MAÏS