Cultures forestières: Douglasia

Cultures forestières: Douglasia

Classification, origine et diffusion

Division: Spermatophyta
Parcelle: Gymnospermae
Classe: Conifères
Famille: Pinacées

Le sapin de Douglas ou Douglasia est répandu en Amérique du Nord où il atteint 100 m. Introduit en Europe en 1830, c'est sans aucun doute l'espèce forestière qui a eu la plus large diffusion.

Branche avec strobili par Douglasia (site photo)

Troncs Douglasia (photo du site)

Caractéristiques générales

Taille et roulement
Arbre atteignant 100 m de haut dans sa zone d'origine.
Tronc et écorce
Le tronc est droit, élancé, à croûte gris-brun, d'abord lisse puis sillonné et divisé en plaques grisâtres.
feuilles
Les plantes à feuilles persistantes avec des aiguilles atteignant 3,5 cm de long sont droites, flexibles, aplaties, résineuses et agréablement aromatiques, vertes en haut et grisâtres en dessous.
Structures de reproduction
Cônes mâles jaunes, axillaires, atteignant 2 cm de long; les femelles sur des rameaux latéraux vers l'apex des branches principales, accrochées à un pédoncule court et courbé, atteignant 9 cm de long.

Les usages

Il manifeste une croissance rapide (d'où son utilisation dans la production de bois) et s'adapte à tous les terrains.
Le bois de Douglasia est très demandé mais, étant d'une résistance et d'une texture assez variées, il nécessite une sélection rigoureuse pour avoir une bonne uniformité. Il est utilisé pour tout type de construction, maisons, ponts, bateaux, menuiserie en général; ce bois, en effet, est léger, robuste, élastique et résistant aux agents atmosphériques.
Un sapin de Douglas mature est également un bel arbre ornemental.

Aspects sylvicoles

Généralement, cette espèce est traitée avec une coupe satinée et un décalage entre 30 et 70 ans. Le renouvellement est artificiel. Comparé à d'autres espèces de conifères, le décalage s'avère plutôt court. La plante est réalisée avec une densité variable, de 1000 à 3000 plantes par hectare, des populations trop clairsemées entraîneront la croissance d'individus trop ramifiés. A la fin du quart de travail, après éclaircissage géométrique et par le bas, seules 40 plantes par hectare peuvent être dénombrées, avec des hauteurs dominantes remarquables de 30 à 35 m.


Vidéo: Je suis technicien forestier, quelle bonne idée!