Amarillis - Hippeastrum

Amarillis - Hippeastrum

Généralité

Les gros bulbes couramment vendus sous le nom d'Amaryllis, souvent pour la floraison hivernale et la culture en appartement, appartiennent en fait au genre Hippeastrum; alors que le genre Amaryllis ne comprend qu'une seule espèce, originaire d'Afrique du Sud, le genre hippeastrum compte quelques dizaines d'espèces de plantes bulbeuses répandues dans la nature en Amérique centrale et du Sud, dans les zones tropicales et subtropicales, dont environ six cents ont été produites au fil des décennies variétés hybrides. le amarillis ce sont des plantes bulbeuses très populaires, car elles nécessitent peu de soins et produisent d'énormes fleurs en forme de trompette composées de six grands tépales colorés. Les grosses fleurs sont portées par une tige charnue et épaisse, qui s'élève du centre d'une rosette composée de trois ou quatre feuilles de ruban, coriaces et épaisses; la plupart amaryllis cultivé il entre en repos végétatif pendant les mois d'hiver: les bulbes en repos végétatif perdent la partie aérienne, et c'est précisément à cette période qu'ils sont commercialisés. En fait, ils sont souvent utilisés pour forcer, car un bulbe cultivé en pot, dans un appartement, peut germer en 4 à 6 semaines; donc si nous commençons à arroser le pot en octobre, nous obtiendrons une plante vigoureuse au milieu de l'hiver. Si nous préférons suivre les cycles végétatifs naturels, nous pouvons à la place garder le bulbe au repos de l'automne jusqu'au milieu de l'hiver; dès que les jours s'allongent, nous recommencerons à arroser le pot, obtenant une floraison à la fin de l'hiver. En général, un bulbe ne produit qu'une tige, qui porte deux ou trois fleurs; mais les bulbes fortement cultivés peuvent produire deux ou trois tiges en une seule saison de croissance. La grande production d'hybrides témoigne du succès que ces fleurs ont toujours eu auprès des amateurs de plantes, et en particulier chez ceux qui aiment cultiver des plantes à fleurs même à la maison.


L'espèce Amaryllis

Le genre hippeastrum il compte de nombreuses espèces, dont certaines diffèrent très peu les unes des autres; en plus de cela, il existe environ six cents variétés sur le marché. Pour mieux décrire les fleurs de ces plantes, les hybrides ont été divisés en quelques groupes, qui identifient des formes florales particulières, qui diffèrent par la forme des pétales, ou par le nombre de fleurs sur chaque tige, voire par des stries particulières. Quand cela vient à amarillis il ne suffit pas de se souvenir des espèces les plus communes, aussi parce que très souvent en pépinière on trouve un plus grand nombre de variétés hybrides que d'espèces botaniques. Ensuite, nous décrirons certaines des espèces botaniques de hippeastrum les plus courants et certains des groupes dans lesquels les nombreuses variétés disponibles ont été divisées; parfois les deux termes coïncident, c'est-à-dire que certains groupes de variétés d'hippeastrum ont hérité du nom de l'espèce botanique qui a donné les caractéristiques saillantes aux variétés hybrides.


Hippeastrum cybister

Espèce originaire de Bolivie et d'Argentine; cette amaryllis a des fleurs de forme très particulière, dues aux tépales très fins et arqués, au point de donner le nom commun d'araignée amarillis à cette espèce; il existe de nombreuses variétés hybrides d'hippeastrum qui trouvent l'hippeastrum cybister parmi leurs progéniteurs, à tel point qu'il existe un groupe appelé cybister, caractérisé précisément par une forme particulière des tépales, qui deviennent presque filiformes. Les fleurs sont d'une couleur particulière, rouge vif avec des zonages verts, avec un effet très élégant, même si peut-être un peu différent de la fleur d'amaryllis typique, opulente et grande.


Hippeastrum gracilis

Espèce originaire du Brésil, largement utilisée dans les hybridations, car elle donne naissance à une plante très vigoureuse et luxuriante, qui produit de grandes feuilles et des fleurs très voyantes; ces amarillis sont de couleur blanc pur, avec des veines violettes ou brunes sur la partie centrale des pétales, très marquées et évidentes, et aussi très décoratives. Les hybrides maintiennent la vigueur de la plante, ainsi que les couleurs particulières des pétales, qui ont des veines sur la marge de couleur contrastée, voire au centre des pétales. Il existe également des variétés parfumées.


Hippeastrum roseum

Espèce qui produit de grandes tiges, qui peuvent atteindre un mètre de hauteur, bien avant que le bulbe ne commence à produire du feuillage; les fleurs sont de taille moyenne, rose saumon, avec des veines claires, la gorge est vert clair ou jaune. Hippeastrum très décoratif, surtout s'il est cultivé dans le jardin, car l'absence de feuilles pendant le développement de la tige de la fleur peut être masquée par d'autres plantes autour du parterre de fleurs; les tiges fines et dressées sont beaucoup plus décoratives si plusieurs bulbes sont placés près les uns des autres. Un seul bulbe en pot, qui donne naissance à une tige mince et dressée, initialement nue, prend de force une apparence bizarre, ce qui peut détourner l'attention de la beauté des fleurs.


Sonate d'Hippeastrum

De nombreuses variétés d'amaryllis sont regroupées sous le nom de sonate, voire sonatini; ce sont des variétés hybridées en Afrique du Sud, qui ont des fleurs de taille moyenne ou petite, mais souvent rassemblées en inflorescences qui en ont au moins trois pour chaque tige. Étant des hybrides, il est évident que ceux qui atteignent les marchands de bulbes sont ceux qui ont les plus belles fleurs, ou avec des couleurs très particulières, généralement dans des tons de rouge ou orange foncé, même si les variétés à double ou semi-double, voire blanc ou vert clair.


Hippeastrum vittatum

L'une des premières espèces importées d'Amérique du Sud en Europe, elle a une tige florale charnue et dressée, avec des fleurs de taille moyenne, très allongées, en forme de trompette, avec des pétales blancs, divisés par une longue strie rouge vif. Très particulières et agréables, même ces amaryllis sont entrées dans de nombreuses variétés hybrides, qui gardent les pétales striés.


Culture d'amaryllis

Les hippeasters sont des plantes bulbeuses, qui produisent un très gros bulbe arrondi, qui peut atteindre 10-12 cm de diamètre; pour avoir toujours une plante fleurie, au fil des années, il est indispensable de la cultiver au mieux, aussi bien pendant la floraison, qu'après la floraison, quand on n'aura que les grandes feuilles allongées. Les variétés d'amaryllis que l'on trouve sur le marché sont toutes caduques, alors que dans la nature il existe des espèces à feuilles persistantes: ces plantes perdent leur feuillage pendant la saison sèche, et généralement leur floraison a lieu au printemps, voire au début de l'été.

La forte adaptabilité de ces bulbes à la vie en appartement et au forçage facilite la préparation de gros bulbes déjà pour la floraison hivernale, en les vendant à l'automne. On peut donc décider d'acheter une amaryllis à l'automne, de la faire fleurir pendant les semaines froides comme plante d'intérieur, ou suivre la nature, et acheter une amaryllis à la fin de l'hiver, pour pouvoir la faire pousser dans le jardin ou sur la terrasse, puis collecter les bulbes dans endroit protégé quand le froid arrive. Dans tous les cas, préparez un pot assez petit, seulement quelques centimètres plus grand que le diamètre du bulbe, et enterrez le bubon pendant les deux tiers, en laissant l'apex hors du sol; nous utiliserons un bon sol universel frais, mélangé à un peu de sable pour augmenter le drainage.

L'arrosage doit être assuré avec précaution, en évitant de mouiller le bulbe et en humidifiant bien le sol, et à répéter lorsque le substrat a tendance à sécher. Placez le pot dans un endroit lumineux, mais loin de la lumière directe du soleil; à l'extérieur si les températures minimales nocturnes sont supérieures à 7-10 ° C, à l'intérieur si nous sommes dans une période froide, loin des sources de chaleur directes, qui peuvent sécher excessivement l'air. La plupart des variétés commencent leur développement en allongeant la tige qui portera les fleurs, ce n'est que plus tard que les feuilles commencent à se développer; lorsque la tige mesure au moins vingt centimètres de haut, nous commençons à ajouter de l'engrais à l'eau d'arrosage, tous les 12-15 jours. Nous continuons d'arroser pendant toute la saison de croissance uniquement lorsque le sol est sec et sans mouiller les bulbes; après la floraison, nous coupons la tige florale à la base et cultivons les feuilles jusqu'à ce qu'elles commencent à sécher naturellement: à ce stade, nous pouvons suspendre l'arrosage et laisser le bulbe entrer en repos végétatif.


Les racines de l'amaryllis

En règle générale, les plantes bulbeuses, lorsqu'elles entrent en repos végétatif, se dessèchent complètement, c'est-à-dire qu'elles perdent la partie aérienne ainsi que tout le système racinaire; cela n'arrive pas à l'hippeastrum, qui même en plein repos végétatif conserve de grosses racines charnues et turgescentes. La survie de ces racines est essentielle pour permettre à la plante une récupération rapide après la période de repos végétatif. Par conséquent, lorsque les feuilles sèchent, à la fin de l'automne ou même en hiver, il n'est pas conseillé d'extraire le bulbe du sol, car le laisser dans le pot nous permet de garder les racines protégées, qui resteront viables jusqu'à la prochaine saison végétative. Pour permettre à la plante d'entrer dans le repos végétatif, par conséquent, nous suspendrons l'arrosage et dès que les feuilles seront complètement sèches, nous pourrons les couper et déplacer le pot dans un endroit abrité et frais; par exemple un garage ou une cave peut être parfait, car le climat restera certainement froid, mais sans gel. Une période d'au moins six semaines dans le froid, ou avec des températures inférieures à 12-15 ° C, est indispensable pour permettre à la plante d'entrer en repos végétatif et préparer les fleurs pour l'année suivante. Si nous avons placé l'amaryllis dans le sol, dès que les feuilles sont séchées, nous pouvons extraire les bulbes du sol, les placer dans un récipient complètement recouvert de tourbe ou de perlite ou de vermiculite, et les stocker dans un endroit frais.


Parasites et maladies

Les plantes cultivées à l'extérieur, au printemps, peuvent être attaquées par des pucerons ou des acariens, souvent hérités des plantes voisines, qui ont généralement tendance à se nicher sur les bourgeons; les traitements avec des produits courants à base de pyrèthre peuvent être décisifs. Typiquement, les maladies affectant l'amaryllis sont dues à de mauvaises conditions de culture, et typiquement à un arrosage excessif, ou à un sol qui favorise la stagnation de l'eau; cela conduit souvent au développement de moisissures, qui peuvent également conduire à la pourriture des bulbes, entraînant la mort de la plante. Même un arrosage imprudent, qui mouille les feuilles à plusieurs reprises, peut être nocif, car il favorise la formation de moisissures sur le feuillage. Si nous cultivons notre amaryllis à la maison, elle peut également souffrir d'une faible humidité environnementale, nous pouvons y remédier en vaporisant périodiquement les feuilles avec de l'eau déminéralisée.

Les problèmes typiques de ces fleurs sont plutôt liés au manque de floraison: pour avoir une plante d'hippeastrum qui continue à fleurir d'année en année, il est essentiel que les feuilles soient cultivées, arrosées et fertilisées, jusqu'à leur mort naturelle, qui survient à l'automne; en plus de cela, une période de repos végétatif, dans un endroit frais et sec est très importante; une plante forcée de végéter toute l'année aura tendance à ne plus jamais fleurir.


Propager les amarillis

Au fil des ans, les gros bulbes ont tendance à produire de petites bulbilles latérales, qui peuvent être détachées et cultivées comme de nouvelles plantes; détachons-les de la plante mère au printemps et attendons quelques jours avant de placer à la fois l'ampoule mère et les bulbilles sur le sol. Ces gros bulbes peuvent également être semés, même si en Italie on trouve presque exclusivement des hybrides, et donc on ne pourra pas savoir quelles seront les caractéristiques des fleurs de la future plante, sauf quand elle commencera à fleurir, après quelques années de culture.


Le nom de l'amaryllis

Le nom botanique est Hippeastrum mais nous continuons à les appeler Amaryllis. Les hippeastrums appartiennent en fait à la famille des amaryllidacées, et la confusion entre les noms des deux genres est due au fait que Linné a baptisé Amaryllis la première amaryllis qu'il a vue, originaire d'Afrique du Sud, et plus tard, toutes les fleurs similaires, qu'elles soient ou non originaires d'Afrique ou d'Amérique du Sud, ils ont été classés dans le genre Amaryllis. Ce n'est qu'en 1987 que les botanistes ont finalement décidé de la distinction entre le genre africain et américain, et c'est seulement alors que le genre Hippeastrum est né, dans lequel tous les genres originaires du continent américain ont été insérés. Entre-temps, pendant des siècles, les plantes étaient appelées Amaryllis, donc maintenant le nom commun reste le même, pour les simples mortels, ainsi que pour les producteurs de bulbes, les collectionneurs et les pépiniéristes.


Fleur d'amaryllis

La fleur d'amaryllis est évidemment l'un des aspects les plus beaux et les plus caractéristiques de cette plante. Ses formes sont en fait uniques et les couleurs sont spéciales. En analysant la fleur d'un point de vue botanique, ses formes sont intéressantes. En effet, les fleurs d'amarillis sont en forme d'entonnoir, toujours de couleur très vive et surtout elles ont des étamines et des pistils extrêmement évidents. Chaque bulbe peut avoir de 1 à 2 tiges et ces tiges peuvent porter d'un minimum de 2 à un maximum de 6 fleurs selon les espèces.



Vidéo: Complete Guide on Growing Amaryllis Bulb. How to grow Hippeastrum Vittatum. Start to End. MV