Parc Adamello

Parc Adamello

Généralité

Le Parc Naturel de l'Adamello - Brenta est la plus grande zone protégée du Trentin et l'une des plus vastes des Alpes, il occupe un territoire montagneux de 620,5 km², situé entre 477 et 3 558 m. d'altitude.

Vers l'ouest, elle comprend la trentaine de la trentaine de l'imposante chaîne de montagnes Adamello - Presanella, très riche en eaux de surface qui, alimentées par les glaciers, forment des chutes d'eau suggestives et de nombreux lacs alpins. Ses sommets, dont Presanella qui avec ses 3558 m d'altitude est le plus haut sommet de toute la région, Carè Alto, Monte Fumo et Corno di Cavento, couronnent le Val Genova. Au sud-est, le Val di Fumo, façonné par le passage des glaciers, conserve parmi ses pâturages des plantes séculaires, considérées comme de véritables monuments végétaux.

À l'est, le parc comprend les Dolomites de Brenta: une succession de contes de fées de flèches, de tours et d'immenses murs en surplomb. De nombreuses vallées suggestives la pénètrent radialement, chacune avec sa propre identité particulière; parmi tous l'extraordinaire Val di Tovel se distingue, un joyau parmi les vallées alpines, qui abrite le célèbre «lac rouge», autrefois le protagoniste de la rougeur spectaculaire due à une algue microscopique. Parmi les sommets se distinguent Cima Tosa, Cima Brenta et Campanil Basso.

Le patrimoine paysager incomparable s'accompagne d'une richesse exceptionnelle d'éléments naturalistes, d'abord ceux de la flore et de la faune sauvage, avec l'extraordinaire présence de l'ours brun.

Mais il ne faut pas oublier l'inestimable capital de civilisation formé par le paysage humain et tous les témoignages historiques et artistiques transmis par les générations passées, un précieux patrimoine culturel.


Description du parc

La faune

La riche faune des Alpes est bien représentée: dans le parc vivent environ 8000 chamois, 5000 chevreuils, mille cerfs et quelques spécimens de bouquetins réintroduits dans le parc grâce au projet Ibex (1995/96). Mais l'animal le plus important est l'ours brun, symbole du parc. Récemment, grâce au projet «Life Ursus», des spécimens d'ours originaires de Slovénie ont été réintroduits dans les bois du secteur nord-est du Groupe Brenta autour du Val di Tovel. Remarquable est la présence d'ongulés, de rongeurs comme l'écureuil et la marmotte, de nombreux prédateurs terrestres tels que les renards et tous les mustélidés, sans oublier la riche avifaune avec 82 espèces nicheuses dans le Parc.

La flore

La présence de deux secteurs distincts aux caractéristiques géologiques différentes (roches calcaires-sédimentaires du Groupe de Brenta et roches intrusives cristallines d'Adamello-Presanella) a favorisé le développement naturel des endémies et des populations floristiques spécifiques, et cela est particulièrement évident dans les bandes végétation au-dessus de la limite des arbres. La forêt est généralement mixte.

La motte fleurie dépasse 2500 m et se caractérise par les espèces typiques de la flore alpine.

Selon la loi instituant, "le but des parcs est la protection des caractéristiques naturelles et environnementales, la promotion de l'étude scientifique et l'utilisation sociale des actifs environnementaux". Pour atteindre ces objectifs, l'administration du parc travaille avec un comité de gestion spécial, organe dans lequel les 39 communes de l'aire protégée et les principales entités locales impliquées dans l'utilisation du territoire sont représentées à la majorité; de cette manière, les communautés locales se voient garantir un rôle de premier plan dans les décisions de gestion.

PAYSAGE CULTUREL ET ANTHROPOLOGIQUE

Sur le territoire du Parc, avec différents degrés d'implication, 5 entreprises de tourisme local et 4 consortiums font partie; Il existe également de nombreuses associations bénévoles qui s'occupent du tourisme et plus encore (Pro Loco, etc.).

Il existe également de nombreuses vallées non anthropisées.

La chaîne de montagnes Adamello-Presanella a été le théâtre de combats entre les armées italienne et austo-hongroise pendant la 1ère guerre mondiale. Dans de nombreuses régions, on trouve encore des tranchées et des reliques de guerre de grande valeur (pensez notamment aux canons de Cresta-Croce et Carè Alto et Scoda Presanella); les anciennes routes militaires sont devenues de précieux réseaux de chemins et de routes.

Toute la zone est parsemée de nombreux refuges de montagne (dont certains sont vallonnés) et d'abris, comme points d'appui pour les randonneurs. Le Val di Non se caractérise par la monoculture des pommes, au printemps le fond de la vallée se transforme en un véritable jardin fleuri.

HISTOIRE INSTITUTIONNELLE

Déjà dans les premières décennies des années 1900, les voix sincères de naturalistes et d'hommes de culture faisant autorité s'étaient élevées pour invoquer la naissance d'un parc dans la région d'Adamello - Brenta. Malgré la diversité des objectifs de protection et des limites géographiques, les propositions identifiaient le Val Genova, le groupe Brenta et en particulier le Val di Tovel comme les principaux éléments de protection, ainsi que la dernière population d'ours brun dans les Alpes.

En 1967, le parc naturel Adamello - Brenta a finalement été créé: la province autonome de Trente l'a inclus, avec le parc naturel Paneveggio - Pale di S. Martino, dans son plan d'urbanisme, créant ainsi les deux premiers parcs naturels de 'Italie.

Mais il a fallu attendre encore vingt ans avant que le Parc soit mis en position de «marcher sur ses propres jambes». En fait, en 1987, ses frontières ont été élargies, portant la zone protégée des 504 km2 d'origine à 618 km2; en outre, l'année suivante, la loi provinciale du 6 mai 1988, n. 18 «Organisation des parcs naturels» qui définit les finalités, l'organisation administrative et les lignes générales de gestion de l'aire protégée.

En 1999, Adamello Brenta s'est alors doté d'un outil de gestion de base: le plan du parc. Il contient en détail toutes les lignes directrices pour les activités et interventions opérationnelles dans la zone. Le Plan divise l'aire protégée en zones avec des intensités de contraintes différentes: les réserves intégrales, où l'intervention humaine est quasiment exclue, celles guidées où les activités traditionnelles sont pratiquées, les réserves contrôlées où les restrictions sont moins strictes; puis il y a les réserves spéciales destinées à des fins particulières.

Le plan du parc permet à toutes les actions d'être orientées vers la réalisation des objectifs fondateurs. Aussi pour cette raison, en 2001, l'Adamello Brenta, le premier parc en Europe, a obtenu la prestigieuse certification environnementale ISO 14001, une reconnaissance internationale importante de la qualité. Récemment, les limites du parc ont été élargies à nouveau, portant la zone protégée à 620,5 km2.


Je travaille dans le parc

Le Parc se veut être un moteur de développement durable et durable, contribuant à renouer l'ancien lien entre l'homme et la nature. Qu'est-ce que ça veut dire? Que les communautés locales doivent pouvoir utiliser les ressources de l'environnement, mais d'une manière respectueuse qui ne conduit pas à l'appauvrissement des actifs environnementaux; de cette manière, les générations futures pourront également profiter de ce que la nature nous offre aujourd'hui. Pour atteindre cet objectif, le Parc souhaite redonner dignité et opportunités économiques aux activités traditionnelles, tout d'abord l'apiculture. Mais elle entend également définir des formes innovantes de développement touristique basées sur la valorisation de l'immense patrimoine naturel et culturel de la région et sur la valorisation des produits locaux.

Pour le Parc, la conservation des milieux naturels et la protection de la flore et de la faune sont des priorités absolues. Mais cela ne signifie pas seulement protéger passivement, grâce aux restrictions et interdictions nécessaires, mais aussi gérer avec attention et connaissance. De cette manière, l'environnement peut être amélioré et la biodiversité peut être augmentée. Des exemples sont les projets de réintroduction de l'ours et du bouquetin ou l'étude du phénomène du rougissement du lac Tovel.

La recherche scientifique, autre des objectifs premiers du Parc, offre une formidable aide à la conservation. Grâce également à la collaboration avec des universités, des musées, d'autres organismes publics et des sociétés de recherche privées, le parc met en œuvre un suivi continu de son patrimoine naturaliste: une précieuse richesse d'informations qui permet une meilleure gestion du territoire.

Le parc se concentre fortement sur l'éducation environnementale, sachant très bien que seule la diffusion des connaissances permet de transmettre l'amour de la nature et d'impliquer les gens dans l'engagement pour l'utilisation intelligente des ressources. Les initiatives d'éducation et de diffusion sont nombreuses et très différenciées. Parmi les plus importants, il y a la création dans la zone de nombreux centres d'accueil et points d'information, des espaces aménagés pour offrir aux visiteurs des informations générales sur le parc et les services qu'il propose, et pour illustrer des aspects spécifiques de l'aire protégée. Ensuite, il y a la réserve faunique des ours, le jardin botanique, les sentiers pédagogiques équipés et bien d'autres structures. Des activités pédagogiques sont organisées chaque année pour les écoles - locales ou extra-provinciales - auxquelles sont réservés divers projets pédagogiques, mais il existe des actions de diffusion environnementale également destinées aux hôtes, avec des soirées, des expositions, des visites guidées, etc. Afin de permettre des séjours de groupes scolaires ou de groupes participant aux activités pédagogiques et d'excursions du Parc, certains bâtiments en position géographique «stratégique» ont été utilisés comme chambres d'hôtes.

Le Parc mène une intense activité éditoriale. Il édite son propre magazine et s'occupe de la création de brochures, brochures, guides nature et livres. Les publications, organisées en différentes séries selon les contenus, visent à faire connaître les multiples aspects de la réalité environnementale du territoire. En 2005, l'un des guides édités par le Parc, "Le Parc Naturel Adamello Brenta - Le spectacle de la nature et les signes de l'homme" (par Sandro Zanghellini) a été nominé pour le ITAS Mountain Book Award.


Informations utiles

Spormaggiore

Centre d'accueil "Ours: le seigneur des bois" et réserve faunique.

Le centre propose un voyage passionnant et amusant, avec l'utilisation de techniques de communication sophistiquées, pour découvrir l'ours brun, pour apprendre les secrets de la vie de l'ours mystérieux, dont le parc conserve la dernière précieuse population alpine. Dans la zone faunique voisine, il est possible de repérer trois ours en semi-liberté.

Tovel

Centre d'accueil «Lago di Tovel». Le Centre, rénové en 2004, est situé sur les rives du lac Tovel et est dédié au lac et à la nature de ses eaux et des bois environnants. Une grande attention est accordée à l'explication du "mystère" de la rougeur, qui a rendu le lac célèbre.

Daone

Centre d'accueil «Faune: libre entre ciel et terre». Offrez une expérience "face à face" avec l'aigle royal, le cerf, le tétras, le chamois, les pics, le lagopède et les nombreux autres habitants de la montagne. A ne pas manquer, la "salle des sons", pour se plonger dans une dimension insolite et redécouvrir des sensations oubliées: les mille voix de la nature dans les bois au printemps.

Stenico

Ne manquez pas le jardin botanique "Rio Bianco", près de l'ancien et magnifique château. Le long d'un chemin très suggestif, qui touche les cascades du Rio Bianco et traverse la gorge du ruisseau, une occasion d'explorer le thème de l'eau, élément modelant du paysage et ressource indispensable pour l'humanité.

Points info

Dans le parc, il y a aussi 7 points info, répartis sur tout le territoire, et 2 chambres d'hôtes pour accueillir des activités pédagogiques destinées aux groupes scolaires et aux groupes organisés.

THÈMES SPÉCIFIQUES

L'un des plus grands défis du Parc est celui de créer une nouvelle culture environnementale, une nouvelle façon d'appréhender l'usage du territoire. Dans l'aire protégée, le tourisme est l'un des secteurs économiques et sociaux les plus importants. Pour cette raison, le Parc s'est engagé dans de nombreux projets visant à améliorer la qualité de l'environnement et à créer un système de mobilité innovant; une grande énergie est consacrée à la mise en œuvre d'une stratégie de développement durable partagée par le tissu social, administratif et économique du territoire. Pour cette raison, le Parc a promu quatre projets importants: la qualité du parc, la mobilité durable, la Park Card et la Charte européenne du tourisme durable.

Qualité du parc

Le projet Quality Park a été créé dans le but d'impliquer les tour-opérateurs et leurs hôtes, les entreprises agroalimentaires et autres instances de gestion territoriale dans la philosophie de la qualité.

Les structures participantes s'engagent à garder le paysage intact, à prévenir la pollution et à atténuer en permanence leurs impacts environnementaux. Ces structures sont reconnaissables à la marque Quality Park et ont fait l'objet d'une analyse précise visant à apprécier le respect des lois environnementales et la présence d'exigences précises de qualité de service et de respect de la nature. Les entreprises adhérentes à Qualità Parco s'engagent à diffuser une nouvelle culture, visant à encourager le respect d'un territoire aussi extraordinaire que délicat.


Mobilité durable

La mobilité durable est l'un des enjeux les plus importants pour la gestion du parc naturel Adamello Brenta. Depuis des années, le Parc s'est engagé dans la mise en œuvre d'une série d'initiatives visant à réduire le nombre de voitures circulant dans l'aire protégée, à surveiller systématiquement la charge véhiculaire portée par ses vallées, à organiser des initiatives naturalistes-culturelles capables de décourager les utilisation de la voiture privée. Un grand effort d'organisation et de communication donc: un effort qui a immédiatement montré ses résultats positifs et qui se répète, année après année, avec des améliorations continues et de nouvelles propositions. En un mot:

- Projet de mobilité durable «Val Genova - une aventure spéciale» réalisé avec la collaboration de Trentino Trasporti Spa et grâce à la collaboration fondamentale des administrations municipales propriétaires de la vallée. Proposé en 2003, il a été réitéré, avec un succès croissant, en 2004, et confirmé pour 2005. Le projet prévoit la gestion des parkings et des accès, avec l'utilisation de navettes comme alternative aux voitures dans le secteur supérieur de la vallée. en plus de la réalisation de nombreuses initiatives éducatives, culturelles et récréatives;

- «Val di Tovel - une opportunité de découverte» À l'instar du Val Genova, le Val di Tovel a également bénéficié en 2004 d'un projet précis de mobilité durable, de gestion du trafic et de stationnement, de l'organisation de nombreuses activités. Le projet a été réalisé grâce à la contribution de la municipalité de Tuenno et Trentino Trasporti Spa. Ce projet a également été confirmé pour 2005.

- Détection du trafic dans les vallées du parc. Pour les principales vallées du territoire, fréquentées par un nombre élevé de véhicules pendant la saison estivale, le Parc a activé en 2004 un suivi du volume total de trafic grâce à des systèmes électroniques et mécaniques. Sur la base de ces connaissances, il est possible d'intervenir avec plus de timing et d'efficacité dans l'activation de systèmes de gestion adaptés au volume de trafic en circulation, dans le but d'adapter la charge de trafic et la pollution induite à la capacité portante des systèmes écologiques que chaque vallée de la Park constitue. Ce projet de recherche se poursuivra également à l'été 2005.

- Invitation à Tovel. L'une des innovations les plus intéressantes proposées l'été dernier était «Invito a Tovel». Une excursion d'une journée qui comprend le départ d'une navette du parc depuis Andalo / Molveno et qui, avec des arrêts intermédiaires dans les centres du Bas Val di Non, emmène les touristes au lac Tovel. Avec l'accompagnement d'un naturaliste du parc, il est possible de visiter le centre d'accueil de Spormaggiore, de faire une excursion autour du lac et de déjeuner dans des restaurants partenaires. Le tout, donc, sans déplacer la voiture du parking! C'est grâce au succès d'Invito a Tovel (2004) et à la contribution des entreprises locales de promotion touristique que le Parc a décidé non seulement de proposer à nouveau l'initiative, mais de l'étendre au maximum. A partir de cet été, avec des formules très similaires il sera possible de profiter de bien d'autres "invitations" hebdomadaires:

ou de Molveno / Andalo à Tovel;

ou de Caderzone à Tovel;

ou de Ponte Arche à Val Genova;

ou de Madonna di Campiglio à Val Genova;

ou de Ponte Arche au Val d’Algone.

Charte européenne du tourisme durable

En juin 2004, le parc naturel Adamello Brenta a lancé le processus d'application de la Charte européenne du tourisme durable. L'intention du Parc avec ce processus est de garantir une approche stratégique du tourisme capable de créer des bénéfices pour la communauté locale et l'économie, de qualifier l'offre touristique face à un marché de plus en plus concurrentiel, constituer un produit touristique lié aux valeurs exprimées par le Parc, assurer un développement touristique conforme aux objectifs institutionnels du Parc et, en même temps, aux principes du développement durable.

La Charte européenne du tourisme durable est donc avant tout un outil méthodique pour définir les lignes directrices et la bonne procédure pour encourager un tourisme durable pour les espaces protégés et, en même temps, attractif pour le marché. L'objectif ambitieux de la Charte est de faire dialoguer les gestionnaires du parc, les collectivités locales impliquées sur son territoire, les entreprises touristiques locales et les voyagistes pour partager un projet. C'est donc un vrai défi.


Parco dell'Adamello: carte du parc et infos routières

CARTE PARC

La Parco Card est la carte électronique prépayée proposée par le Parc pour l'été 2005: une sorte de «park-partout» pour une autre façon d'être en vacances. La carte propose Nature: c'est la clé pour ouvrir toutes les portes du Parc (c'est-à-dire tous les services et activités du Parc, pour la plupart gratuits ou, dans certains cas, avec une réduction de 20%); la carte offre les Saveurs du territoire: avec des dégustations gratuites dans de nombreux points affiliés, mais cela ne s'arrête pas là: un grand espace pour la Culture, avec un accès gratuit aux châteaux et muesi disséminés sur tout le territoire provincial (y compris le Mart et le Château del Buonconsiglio), et au bien-être des Terme di Comano et Terme di Caderzone. Enfin, des réductions sur les remontées mécaniques de Pinzolo et Madonna di Campiglio.

Trois types de cartes seront réalisés: Basic (12 €) un avant-goût du parc; OrsO, à la semaine, une immersion dans le parc et ses environs (24 €), Vert: saisonnier, pour un été dans le parc (40 €).

Les cartes sont également disponibles en version familiale.

BOÎTE D'IDENTITÉ DE PARC (2344 caractères)

POSITION: Trentin occidental

Bureau administratif: Via Nazionale 24, 38080 Strembo (TN) tél 0465/806666, fax 0465/806699, e-mail [email protected], www.parcoadamellobrenta.tn.it

SURFACE: 620,52 Km2

GÉOMORPHOLOGIE

Il comprend les Dolomites du Groupe de Brenta et une partie du massif tonal de l'Adamello Presanella: deux environnements complètement différents liés à une biodiversité exceptionnelle et à une richesse naturaliste extraordinaire. Altitude minimale: 477 m.s.l.m. maximum 3558 m.s.l.m.

COMMENT ATTEINDRE

Côté Giudicarie

De Trente, suivez le SS n. 45 de la Gardesana occidentale jusqu'à Sarche, en continuant vers Comano Terme et Tione (SS n. 237). Peu avant Comano Terme, il y a le détour par le secteur sud du groupe de la Brenta (Valli d’Ambiéz et d’Algone - SS n. 421). De Tione, continuation sur le SS n. 237 au sud, vous pouvez accéder aux vallées de Breguzzo et Daone-Fumo. En continuant vers le nord (SS n. 239), vous remontez le Val Rendena. Vous atteignez Strembo (siège social), en continuant, après 7 km., À Carisòlo, le Val Genova bifurque. Tous les centres de ces vallées sont reliés à la capitale Trente par des véhicules de service public.

Côté de Val di Non et Val di Sole

De Trento, suivez le SS n. 12 du Brennero jusqu'à San Michele all’Adige (sortie A22); continuant sur le SS n. 43 au loc. Rocchetta vous entrez dans le Val di Non. Continuez sur la route provinciale n. 73 à droite Noce jusqu'à Tuenno (entrée du Val di Tóvel) puis Cles.

Peu de temps après loc. Rocchetta rencontre la déviation pour Andalo, Molveno et le plateau de Paganella (SS n. 421), l'accès est à la chaîne centrale de la Brenta et le sous-groupe Campa.

Après Cles, le pont Mostizzolo sur la rivière Noce marque la frontière entre le Val di Non et le Val di Sole Depuis les centres de Malé et Dimaro, vous pouvez accéder à la chaîne nord de la Brenta.

Depuis le haut Val di Sole, vous pouvez accéder au groupe Presanella.

Les textes de cet article et toutes les photographies sont la propriété du Parc Naturel Adamello-Brenta, protégé par le droit d'auteur; ils ont été aimablement accordés par le Dr Luca Nave, Bureau de presse et de communication du parc naturel Adamello Brenta.

Pour plus d'informations, visitez le site Web du parc


Vidéo: Elisoccorso in Adamello