Puceron du cèdre

Puceron du cèdre

Plantes hôtes et dommages

Les deux pucerons proviennent des zones de la chaîne de l'Atlas et sont spécifiquement dédiés aux conifères du genre Cedrus.

Cedrobium laportei attaque de préférence Cedrus atlantica et Cedrus libanotica, tandis que Cinara cedri est commun sur Cedrus atlantica et Cedrus deodora.

Ce sont tous deux des corticules et vivent en colonies denses disposées en manchons sur les branches d'un diamètre inférieur à 2 cm et sur les plus petites rameaux, formant un miellat abondant qui, tombant, comme une très fine pluie, enduit le sol et les choses sous-jacentes aux plantes.

Les colonies de pucerons sont couramment fréquentées par les fourmis. Les dommages causés sont considérables et se manifestent par la rougeur et la chute des aiguilles. Les branches ont une végétation réduite, limitée à la partie distale. Lorsque les colonies sont situées sur le tronc de jeunes plantes ou au sommet de celles déjà développées, la végétation au sommet des branches jaunit et se fane.

Une fumée abondante se développe sur le miellat produit par les pucerons qui, en incorporant les particules solides présentes dans l'atmosphère, forme d'épaisses incrustations noirâtres qui, en plus de défigurer l'aspect ornemental des plantes, exercent une action asphyxiée sur la végétation. Les personnes gravement touchées périssent et peuvent même mourir en quelques années.


Cycle biologique

Les deux pucerons se multiplient par la succession continue de générations parthénogénétiques. Ce n'est qu'en hiver que les colonies sont réduites, mais elles survivent aux rigueurs de la saison. Grâce au travail des fondatrices et des femelles parthénogénétiques qui ont survécu à l'hiver froid, les colonies de pucerons reprennent leur croissance, atteignant leur densité maximale en juin, alors qu'avec l'arrivée de la chaleur estivale, elles produisent les plus gros dégâts.

Dans le cas du Cinara cedri, l'hiver est surmonté même avec des œufs durables pondus fin décembre sur les aiguilles.


Puceron du cèdre: défense

Les deux phytophages sont combattus dans la nature par divers prédateurs: larves et adultes de coccinellidés, larves de neuroptères chrysopidés et sylphes.

Cependant, lorsque les infestations ont tendance à s'aggraver, il est conseillé d'intervenir en pulvérisant sur toute la plante des aficides tels que: acéphale, pirimicarbe, étiofencarbe ou avec d'autres préparations spécifiques à faible toxicité.


Vidéo: mange le puceron noir dans une arbre damandier attaquéeTraitement BIO